Plusieurs pistes de financement sont à explorer pour qui souhaite améliorer l’isolation thermique d’un logement. Accordées selon le cas sous condition de ressources, ces aides servent à subventionner les fournitures et la pose d’équipement nécessaire à la réalisation de travaux d’économie d’énergie par un professionnel RGE. Petit tour d’horizon du panel d’aides possibles.

Isolation 1 euro : l’isolation des combles perdus pour 1 € symbolique

Plus de 30 % des déperditions de chaleur se font par le toit. Avec le Pacte énergie solidaire aussi appelé « isolation des combles à 1 euro« , l’isolation des 50 premiers mètres carrés de vos combles perdus vous coûtera seulement 1 euro, cliquez ici. Si leur surface est supérieure à 50 m², le tarif passe à 14 € TTC par mètre carré supplémentaire, un tarif encore très attractif par rapport à ceux pratiqués sur le marché.

Le CITE 2020 : Un crédit d’impôt accordé sous conditions de ressources

Pour qui ?

Depuis le 1er janvier 2020, le Crédit d’Impôt pour la Transition Energétique est remplacé par « MaPrimeRenov », une prime à l’attention des personnes à faibles revenus et non imposables.

Pour les autres, le CITE est maintenu sous conditions de ressources. Ce dispositif donne droit pour une habitation principale dont la construction est achevée depuis au moins deux ans à un crédit d’impôt versé l’année suivante. Au 1er janvier 2021, le CITE sera définitivement supprimé et la prime allouée à tous les foyers à l’exception des plus aisés.

Pour quoi et combien ?

Le CITE concerne entre autres l’isolation thermique de parois opaques et de parois vitrées par apport d’un double vitrage (pour remplacer un simple vitrage).

Pour l’isolation des parois, il est exigé une performance d’isolation minimum. Le montant du CITE qui varie selon vos revenus est appliqué sur le coût des matériaux isolants, du système de fixation et de la pose. Son montant est fixé selon le barème suivant :

  • De 50 € à 25 € TTC par m² de parois isolées par l’extérieur
  • 15 € à 10 € TTC par m² de parois isolées par l’intérieur
  • 15 € à 10 € TTC par m² pour l’isolation de rampants sous toiture ou isolation de combles
  • 40 € TTC par m² pour isoler des parois vitrées en remplacement de simple vitrage.
  • 15 € TTC par m² pour isoler des parois vitrées contre le rayonnement solaire.

A noter : Les revenus les plus élevés ne sont pas éligibles à ces deux derniers travaux En tout état de cause, le montant du CITE ne peut excéder 75 % des dépenses engagées et excéder une période de 5 ans.

Les aides financières

Des aides peuvent être accordées à tout ménage souhaitant effectuer des travaux de rénovation énergétique dans son habitat. On citera notamment :

Le programme « Habiter Mieux » de l’ANAH

Cette éco-subvention concerne les logements de plus de 15 ans utilisés comme résidence principale. Elle a pour but d’aider à optimiser leur performance thermique pour au moins 35 %. L’expertise d’origine et le résultat après travaux doivent être établis via un diagnostic thermique réalisé par un professionnel qualifié.

La Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse

La CNAV accompagne les ménages les plus modestes désirant entreprendre des travaux d’isolation thermique afin d’améliorer leur qualité de vie. Ce coup de pouce peut être cumulé avec l‘Éco-subvention de l‘ANAH.

Les primes Energie

Appelées aussi « Certificats d’économies d’énergie » ces primes Energie sont des subventions financières accordées par les grands fournisseurs d’énergie aux personnes qui réalisent des travaux de rénovation énergétique. Ces primes peuvent atteindre plusieurs centaines d’euros pour les personnes en grande précarité énergétique. Elles participent à amortir de manière considérable le prix de vos travaux.

Les primes Energie ne sont toutefois pas cumulables avec les aides de l’ANAH ou toute autre aide relevant du dispositif des CEE.

Les Prêts

L’ÉCO-PTZ

Le prêt Éco-PTZ est un crédit remboursable sans intérêts pour tout propriétaire d’un logement utilisé au titre de résidence principale et achevé depuis plus de deux ans. Il est accordé sans condition de ressources, par une banque ayant signé une convention avec l’État pour financer des travaux d’amélioration de performance énergétique.

Le prêt de la CAF

Ce prêt qui concerne aussi bien les propriétaires que les locataires bénéficiaires d’une prestation familiale, est remboursable sur 10 ans maximum selon les cas. Il n’est pas soumis à condition de ressources mais, les prêts étant limités, les revenus peuvent être pris en compte afin de prioriser les demandeurs. Le prêt peut atteindre 80 % du montant des dépenses prévues dans la limite de 1 067,14 €.

Une TVA minorée

La TVA appliquée aux travaux de rénovation énergétique est en général de 10 %. Elle peut être ramenée à 5 % pour des logements achevés depuis plus de deux ans et se rapportant à des travaux mentionnés à l’article 200 du code des Impôts.